Point de Mire

Point d’arrivée
par Anton W. Sussland

La planification de la retraite n’est pas un exercice facile. Et encore plus aujourd’hui : le futur n’est plus ce qu’il était… A l’aube de réformes sur le financement des retraites, les futurs retraités, doivent prendre un rôle actif sur la planification de leurs vieux jours. Situation familiale et projets de vie devront être confrontés aux aspects financiers concrets. La fiscalité devra aussi être abordée et pas que sur le seul point des rachats possibles dans la caisse de pensions. Avec autant d’incertitudes liées à une planification sur une longue durée, il n’existe pas de recette miracle pour la réussite. Toutefois il existe des règles de bon sens qu’il convient de suivre pour celui ou celle qui peut mettre des économies de côté. Première règle : la diversification. Certains ne jureront que par l’immobilier alors que d’autres diront que les placements mobiliers sont plus intéressants. La réalité : il faut un peu de tout, la diversification est essentielle pour stabiliser un patrimoine sur la durée. Deuxième règle : privilégier la génération de cash-flow. Le gain en capital est bien, le cash-flow est mieux. C’est lui qui permet de payer des factures sans toucher au capital. Dividendes, coupons et loyers encaissés sont des sources de liquidités régulières, indispensables pour subvenir aux besoins du quotidien et assurer une réserve en cas de besoin. Troisième règle : la maîtrise des coûts est indispensable ! Il faut éviter les dépenses « inutiles » dans le budget du ménage. Pour les placements mobiliers, il faut une gestion « low cost ». Fonds indiciels et lignes directes doivent être privilégiés à des produits financiers complexes, souvent chers. Dans l’immobilier, pour ceux qui le peuvent, des biens de rendement détenus en direct seront à privilégier par rapport à des fonds de placement, même diversifiés. A vos crayons !