Point de Mire

L’attrait des stratégies individuelles de placement et fiscalement efficientes dans le domaine du 2e pilier

Lucerne, le 16 décembre 2015: Avec l’augmentation de l’espérance de vie, le recul des rendements et l’abaissement annoncé du taux de conversion, le financement des retraites est devenu un enjeu majeur. Pour éviter de subir des pertes, les assurés bénéficiant d’un plan de prévoyance cadre ont la possibilité de définir une stratégie de placement et d’impôts adéquate.

Dans le cadre de la publication du dernier PensCheck, édité par PensExpert à Lucerne, le Dr Felix Brill, CEO du cabinet de conseil Wellershoff & Partners et spécialiste des marchés financiers, livre ses conseils sur cette thématique.

Concrètement, l’expert recommande d’opter pour un portefeuille limitant les parts en obligations et en liquidités. En effet, d’une part la Banque nationale suisse se montre toujours favorable au maintien du taux d’intérêt négatif sur le cash et, d’autre part les obligations se trouvent sous la menace d’une augmentation des taux d’intérêts, lesquels entraîneraient leur dépréciation. Quant aux titres immobiliers, avec une rentabilité de l’ordre de 3%, ils demeurent attractifs, notamment au regard des obligations. Les caisses de pension suisses l’ont d’ailleurs bien compris, en élevant la part d’immobilier de leur portefeuille à plus de 20% au cours de ces dernières années.Mais, selon ce spécialiste, les meilleures opportunités d’investissements en 2016 sont à chercher parmi les devises étrangères telles que l’Euro, le Yen et la Couronne norvégienne, dont le potentiel’ d’appréciation est estimé à quelque 10%. Dans ce cas, les parts du portefeuille en actions et en obligations étrangères devraient être réévaluées en conséquence.
J_Odermatt_Portraet_Print_240dpi

Jörg Odermatt, CEO et co-fondateur de PensExpert

PensExpert propose des solutions de prévoyance innovantes, intelligentes et fortement individualisées. Avec la fondation de prévoyance pour cadres PensFlex, les assurés peuvent décider et être personnellement responsables de leur stratégie d’investissement. Avec la fondation de libre passage PensFree, les preneurs de prévoyance ont la possibilité de faire gérer leurs avoirs de libre passage par différents partenaires bancaires dans le cadre d’un mandat de gestion de fortune sur mesure et transparent. Avec la fondation de prévoyance Pens3a, PensExpert propose des portefeuilles sur mesure par le biais de titres individuels. Enfin, grâce à la fondation de libre passage Independent, les expatriés et les clients domiciliés à l’étranger bénéficient de solutions de prévoyance transfrontalières.

extrait du PensCheck et des propos du Dr Felix Brill, automne 2015:

Quid des niveaux d’intérêts !

Après trois années positives, 2015 est plus mitigée pour les caisses de pension suisses. La fin du taux plancher ordonnée par la BNS le 15 janvier aurait certes pu avoir des conséquences bien pires. Mais la pression sur les taux d’intérêts ne semble pas vouloir se relâcher.

Une année financière mouvementée arrive à son terme. Franc fort, taux d’intérêts négatifs, ainsi que difficultés sur le marché des matières premières n’ont pas facilité la tâche des investisseurs, lesquels ne sont pas au bout de leurs peines en 2016.

Rendements faibles, risques élevés

La faible probabilité de voir la BNS rompre avec sa politique des taux d’intérêts négatifs d’ici la fin de l’année est un véritable défi pour les gestionnaires de portefeuilles.

Le niveau général des intérêts est fortement lié à la situation américaine. Or, avec la fin de l’effet modérateur sur l’inflation de la baisse du prix du pétrole, l’inflation américaine vire en hausse. L’augmentation des taux d’intérêts à long terme devrait certes faciliter la tâche des investisseurs. Mais la transition devrait être douloureuse. Et même si les taux d’intérêts se maintiennent à un niveau bas, les perspectives de rendements seront nulles, voire négatives.

Quelle alternative ?

Malgré la pénurie de placement, des solutions d’investissements alternatives existent. L’une d’entre elles, les titres immobiliers, rencontre un intérêt croissant parmi les caisses de pension suisses depuis une dizaine d’années. Les portefeuilles ont en effet vu leur proportion de titres immobiliers pratiquement doubler depuis 2005, passant de 13 à 22 pour cent. Une augmentation des intérêts aurait certes des conséquences négatives sur ce type d’investissement, mais en comparaison aux obligations suisses, ils demeurent très attractifs, avec un rendement de l’ordre de 3 pour cent.

Quant aux placements de devises, ils n’ont plus la cote auprès des institutions de prévoyance. Ces derniers ne représentent plus que 23 pour cent des titres, contre 32 pour cent auparavant. Le franc, malgré un recul, continue d’être largement surévalué, lorsqu’on le mesure en parité de pouvoir d’achat. En revanche, l’Euro, le Yen ou la Couronne norvégienne réunis ont un potentiel de revalorisation de 10 pour cent. Une situation qui offre des opportunités intéressantes d’investissement dans une optique de diversification du portefeuille.